Pourquoi?


       Parce que broder est un acte d'amour et de solidarité
parce que broder c'est mémoriser
parce que broder c'est faire une acte de mémoire
donner un visage à une victime
parce que Broder c'est résister
parce que c'est un mouvement 
Pacifique, Citoyen, International, Juste et Digne

Pour la Paix, la Justice et la Dignité
au Mexique

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

En bref

De 2006 à 2012,  90 000 cas d’assassinats et plus de 20 000 disparus sont maintenant répertoriés par le collectif mexicain: Nuestra Aparente Rendicion
La lutte armée contre les narco-trafiquants et la délinquance menée par Calderon, est un échec. Il en résulte un pays envahi par les cartels des narcotrafiquants, en particulier par Los Zetas(voir graphique), hyper organisés et issus de l'armée mexicaine. 
Supprimer un chef de gang= luttes internes pour le pouvoir= violences impunies=développement des bandes(3 au lieu d'une)= développement de la violence sous toutes ses formes: assassinats("combien y-a-t-il de formes de mourir?"), viols, kidnapping, vols, rackets....

Absence de réaction des Autorités face aux demandes d'aides des pères, pour retrouver leurs enfants kidnappés par les gangs afin de les enrôler de force dans l'industrie du crime organisé.
Refus des Autorités de publier les dénonciations de crimes ou de disparitions
Voir incompétence
Absence d'enquête policière
= Impunité totale 
pour les criminels de toute sorte
et développement de toute sortes de violences

Brodez pour la paix c'est:

  • Broder un des "cas" répertoriés, en rouge sur un mouchoir blanc
  • Laisser la trace tangible de cet humain disparu
  • Faire un acte d'amour pour les familles des disparus pour cette violence inutile et impunie



nous demander votre "cas" à 


xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx


Plus en détail

    Ces dernières années la violence au Mexique a atteint un niveau aussi élevé que celui d’une guerre civile même si les médias et institutions nationales et internationales sont réticentes à en parler en ces termes. La lutte armée contre le narcotrafic initié par le Président Calderon* il y a 6 ans a fait entre 50 000 et 120 000 morts selon les sources. Cette violence impunie des narcotraficants a développé un climat de violence et d’insécurité extrême au Mexique : assassinats, kidnapping, rackets  etc…

        Initié par quelques femmes en mémoire de leurs proches disparus, le projet Bordados por la Paz (broderies pour la paix), mouvement citoyen auto géré et auto subventionné par les participants mêmes, a fait tache d’huile. Dans de nombreuses villes au Mexique, hommes, femmes et enfants brodent au fil rouge sur des mouchoirs blancs les noms et circonstances de la disparition de leur proches et co-citoyens.




















Puebla

Afin de contribuer à expliquer la situation réelle qui se vit quotidiennement au Mexique et pour démontrer notre soutien aux victimes et au peuple mexicain nous nous joignons au mouvement Bordados por la Paz , en collaboration avec les collectifs Fuentes Rojas, Bordados por la Paz Puebla et surtout Nuestra Aparente Rendicion qui se charge de collecter et distribuer la liste des disparusdans une esprit de paix, d’amour et d’espérance

“ chaque point représente la mémoire,
l’empreinte tangible.
Broder pour la paix
c’est transformer la méfiance en espérance,
la peur et la douleur en amour »

         La première action a été d'exposer ces moichoirs le premier décembre dans les rues au Mexique et principalement sur le Zocalo place centrale de la ville de Mexico 
De nombreux citoyens du monde se sont joints à cet appel à la solidarité du peuple mexicain
le but ultime de cette action-broderie est de constituer un mémoire textile du sexennat de Felipe Calderon. Ce mémoire sera ensuite conservé au mexique dans un lieu non encore déterminé.
Cette action-broderie désire monter le visage méconnu de cette Guerre. Ces évènements dignes et pacifiques sont très peu reportés par la presse nationale et internationale qui préfèrent mettre l’accent sur l’aspect « vendeur » et « spectaculaire » de la violence physique en oubliant de supporter et rendre compte des mouvements citoyens qui cherchent à mettre un terme à cette Guerre absurde, intentionnellement perdue d’avance, et à mettre l’accent sur l’aspect humain et les problèmes sociaux qui en découlent
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Brodons pour la paix !

        En relation avec les collectifs mexicains Fuentes rojas,  coordinateur de cette action et Bordados por la Paz Pueblabasé sur la liste des cas répertoriés par Nuestra Aparente Rendición nous relayons cette action-broderie sur la France. 

       Laissons une trace tangible de tous ces disparus et brodons un mouchoir avec le nom et le description de chacun des 90 000 morts selon le Mexique (120 000 estimation du journal Le Monde) et des 20 000 disparus, durant la guerre contre les narco-trafiquants entre 2006 et 2012. Bien sûr la "guerre" continue et les violences aussi mais il s'agit pour l'instant de constituer ce mémoire textile et de mettre ainsi l'accent sur ces violences impunies.

        L’objectif de ce projet est de proposer une approche symbolique, pacifique et digne des tragédies personnelles que connaissent  les mexicains

        Le projet est citoyen, autogéré, auto-subventionné 
et ne dépend d’aucun parti politique

       Les mouchoirs récoltés ont d’abord été présentés en exposition le premier décembre (jour de la prise du pouvoir du nouveau gouvernement mexicain élu en juillet dernier) au Zocalo au Mexique où nous avons envoyés 60 mouchoirs pour démontre la présence de la France.  Nous enverrons régulièrement ces mouchoirs au Mexique, une centaine étant conservée pour les faire tourner en expositions informatives sur les évènements au Mexique. Ils seront ensuite tous renvoyés au Mexique où ils seront conservés comme mémoire avec les autres mouchoirs brodés au Mexique et dans les autres pays participants

      Vous pouvez  participer en brodant un des cas répertorié ou un message de paix ou même avec un dessin brodé en respectant le mouchoir blanc et la broderie au fil rouge

     Il ne s’agit pas de faire une œuvre artistique mais plutôt de participer à ces témoignages

     Vous pouvez aussi participer en offrant un ou des mouchoirs blancs en coton (neufs ou usagés), du fil rouge, des cercles à broder…
    Ou encore animer un atelier avec vos proches et contacts où que vous soyez

Afin de recevoir votre "cas" à broder, merci de prendre contact avec nous

Paty Vilo : 06 98 75 90 95

Ce mouvement est initié en Bretagne sud par l'association Fiber Art Fever !, à Quimper, et divers autres collectifs comme La Maison de la Particip'Action, la Galerie rouge à Pont –L’abbé (29), la Maison de le Dentelle et de la Broderie Bigoudène à Plonéour-Lanvern, l'association Jours, Semis et Entre deux dans le 78, l'association Libr'arts dans le Lubéron etc...

*Futur ex-président puisqu’il sera relevé de ses fonctions le 1er décembre 2012 suite aux élections de juillet 2012



.xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Broder l’espoir et la mémoire
Un mouchoir = Une victime
Témoignages

 « Une chaude journée de mai, j’ai été attiré par un groupe de femmes brodant, assises, bavardant entre elles
Trois jeunes curieux s’approchent : , Aram, Gabriel et Guillermo
-Qu’est ce que vous faites ?
- Nous brodons pour la paix, répondent-elles en chœur
-C’est donc vrai que vous êtes en guerre ?
- Non seulement en guerre, on nous a enlevés nos fils !
Elles sont mères, sœurs et parentes de personnes disparues, organisées au sein du collectif LUPA (Lucha por Amor, Verdad y Justicia )et se réunissent chaque jeudi à 10h du matin sur la grande place de Monterrey
Sur le blog : , + Allá de la Marcha, Martín Javier Oviedo Hernández raconte une anecdote qui s’est passée durant les activités du collectif «  Lucha por Amor, Verdad y Justicia » (Lutte pour l’Amour, la Vérité et la Justice) dans la ville de Monterrey au Nord du Mexique




xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Bordar por la Paz 


xxx


lundi 25 juin 2012 Guadalajara, Jalisco, Mexique
lunes, 25 de junio de 2012



       Il y a quelques mois j’ai su qu’un groupe de femmes s’était organisé pour broder des mouchoirs en l’honneur de leurs morts, les dimanches à Coyoacán(quartier du centre historique de la ville de Mexico DF). Ce n’est pas un acte anodin. Même si ça ne se fait plus beaucoup, il y a des années, ma mère a brodé mon nom sur un drap et a probablement brodé les initiales de mon père sur ses mouchoirs. 
Broder un mouchoir est un acte d’amour, de reconnaissance.
Et c’est comme ça que nous avons commencé à le faire à Guadalajara. Acheter des mouchoirs, des cercles à broder, des aiguilles, du fil. Aller chercher sa liste au NAR(Nuestra Aparente Rendicion):  et imprimer une liste de trois jours seulement. Commencer à transcrire les informations sur le mouchoir ? Combien y a-t-il de formes de mourir? Combien de mains criminelles ? Pourquoi le font-ils ? Comment est-il possible qu’il n’y ai pas d’enquêtes autour d’une telle boucherie? Nous avons achetés 60 mouchoirs sur lesquels nous relatons seulement la violence de 2 jours. Il nous faut 3 heures pour broder un mouchoir. Au Mexique toutes les 40 minutes il y a un crime violent.

Deux femmes de 19 ans ont été criblées de balles alors qu’elles allaient à pied à l’Université. Comment s’appelle ce point ? je ne m’en souviens pas, je me souviens seulement que je l’ai appris au collège. Depuis quand la vie de deux jeunes femmes qui vont à l’Université est elle en danger ? Personne n’a vu les assassins, personne n’a vu le crime, personne n’a entendu les coups de feu, personne ne s’est mis à sa fenêtre pour voir ce qui se passait. On les a trouvés dans la matinée. Ca fait longtemps que je ne brodais plus, je crois qu’il y a quelque chose qui ne va pas, je vois bien que ce n’est pas droit. C’est pas important, me dit-on. Si c’est important, je me dis. Parce que dans un coin de ma tête s’est caché une petite pensée qui me dit que peut-être, si je le fais bien droit comme me l’ont appris les sœurs, tout va s’arranger. Que probablement si je ne laisse pas beaucoup de fils et de nœuds sur l’envers, leurs proches trouveront la paix.

Nous brodons à l’air libre, à l’ombre des arbres. Quelqu’un s’approche sa broderie à la main. Nous faisons nos commentaires. "Je viens d’un autre état *, 
j’ai su que vous seriez ici. Trois de mes neveux ont disparus. Jeunes, très jeunes, beaux aussi. Ils marchaient avec un de leur fils de 2 ans. Le petit on la retrouvé dans un refuge pour enfants. Ils ne prennent pas les enfants." Cette dernière phrase me reste dans la tête. Ils ont des principes ? Comme si une toute petite lumière s’illuminait dans une grotte obscure.
** équivalent à un département


Nous brodons peut-être, parce que nous voulons créer quelque chose de beau avec les morceaux que nous recueillons de l’enfer. Parce que des mains peuvent transformer les choses et que nous avons besoin de les transformer en belles choses, parce qu’il y a beaucoup de mains qui oeuvrent pour faire quelque chose de détestable, d’innommable, d’incompréhensible.

Nous bordons avec l’espoir que revienne la paix. Nous aurions voulu le faire sur des draps, de ceux qu’on utilise pour les berceaux des bébés, ou sur les mouchoirs que les amoureux garde comme des trésors, dans les poches de leur pantalon. 

Publicado por Teresa Sordo Vilchis 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire